L’EFFET ENTOURAGE: QU’EST-CE QUE C’EST ?

Le THC est le cannabinoïde le plus connu et le plus étudié avec le CBD. Cependant il existe bien d’autres composants dans la plante de cannabis. Les plantes contenant un taux supérieur à 0,2% de THC sont interdites en France alors que les produits contenant du CBD sont autorisées. Bien qu’on soit capables d’isoler ces molécules, il faut savoir que tous ces cannabinoïdes fonctionnent en synergie. Les recherches scientifiques affirment que la plante est composée de plus de 400 composants naturels dont 66 qui ont été identifiés comme étant des cannabinoïdes. La plante contient également des terpènes. Ce sont des composés aromatiques présents dans de nombreuses espèces de plantes qui sont à l’origine des différentes saveurs et parfums du cannabis. Leur présence dans le cannabis est connue depuis des décennies, mais ce n’est que récemment que la conscience de leurs propriétés thérapeutiques potentielles a commencé à s’étendre.

Pour comprendre l’effet entourage, il faut citer Raphael Mechoulam, un scientifique qui a mené de nombreuses recherches au sujet du cannabis. En 1964, il a été la première personne à isoler le THC en lui-même. Une célèbre forme de THC synthétique est alors devenue disponible sous la forme d’un médicament appelé Marinol. De nombreux patients l’utilisent en chimiothérapie mais certains docteurs considèrent que le Marinol est un substitut beaucoup moins efficace que le cannabis. En effet, des études ont montré que les cannabinoïdes agissent simultanément les uns avec les autres et que de ce fait, le THC isolé a des effets différents que lorsqu’il est combiné avec d’autres cannabinoïdes et terpènes. Selon les différentes combinaisons de cannabinoïdes, on obtient différents effets sur le cerveau.

mechoulam

Selon les recherches de Raphael Mechoulam au cours des années 1960, pour que le cannabis agisse en totalité, il devrait être combiné avec les autres composants. C’est pour cela que si on consomme du THC seul, on aura une sensation de tristesse et d’abattement semblable à la dépression, et au contraire si on consomme du THC avec du CBD, on aura tendance à être joyeux et à rire. En effet, le CBD vient contrebalancer les effets néfastes du THC. C’est en 1999 que Raphael Mechoulam introduit la notion d’effet entourage en suggérant que les composés du cannabis, comme les terpènes et autres cannabinoïdes, peuvent accroître les effets bénéfiques du THC et atténuer l’anxiété produite par sa psychoactivité.

Certains experts pensent que l’effet entourage sera le principe moteur utilisé dans le cannabis médical. Un exemple concret de l’effet entourage est le médicament Sativex puisqu’il est composé de tous les terpènes et cannabinoïdes de la plante. Ce médicament est principalement utilisé dans le traitement de la sclérose en plaques et s’est avéré être très efficace pour de nombreux patients. De plus, selon l’Institut National de Santé américain, l’association des cannabinoïdes et des terpénoïdes, appelé « effet d’entourage », peut être utilisé pour traiter la douleur, l’inflammation, la dépression, l’anxiété, l’addiction, l’épilepsie, le cancer et les infections fongiques et bactériennes. Ainsi, bien qu’un cannabinoïde isolé soit efficace pour certains symptômes, la plante entière, ou l’association des certains composants en particulier, pourrait se révéler plus efficace pour certains autres patients. Il existe de nombreuses variétés de cannabis avec des composés différents, provoquant des effets différents selon les personnes. C’est pour cela que si l’on souhaite suivre un traitement à base de cannabis, cela nécessite des études très précises et une prise en charge au cas par cas selon le trouble ou la maladie à traiter.

Vous pouvez nous retrouver dans notre magasin au Musée du Fumeur au 7 rue Pache 75011 Paris.

Notre page FB: Le Musée du Fumeur

Notre page IG: musee_du_fumeur

Pour plus d’informations, cliquez iciiciiciiciici.

LE FONCTIONNEMENT DU SYSTÈME ENDOCANNABINOÏDE

Nous savons d’ores et déjà que le fonctionnement du corps humain est très compliqué. Des études sont constamment effectuées pour approfondir nos connaissance sur le sujet. Aujourd’hui, les scientifiques se concentrent de plus en plus sur le système endocannabinoïde qui est un système présent dans nos organismes. Il n’a été découvert que très récemment mais il est actuellement au centre des recherches tout comme la façon dont le CBD interagit avec ce dernier. Nous pensons que tous les états émotionnels et psychologiques sont gérés par les neurotransmetteurs du cerveau et le système nerveux central, mais des études actuelles montrent que le système endocannabinoïde joue également un rôle primordial dans ces changements. Bien que ce système soit compliqué, il est important de comprendre comment il fonctionne et voir comment le CBD interagit et peut être profitable à ce dernier.

Qu’est-ce que le système endocannabinoïde ? 

Le système endocannabinoïde est un ensemble de récepteurs cellulaires et de molécules situés dans notre corps: on les appelle les récepteurs cannabinoïdes. Ils ont été, pour la première fois, isolés dans les années 1990 grâce à l’étude de l’action du cannabis sur le cerveau. Le mot « endocannabinoïde » vient donc tout simplement de la plante de cannabis et le préfixe « endo » signifie que ces récepteurs sont produits par le corps. Le système endocannabinoïde est ce qui interagit avec les différents cannabinoïdes présents dans le cannabis qui est pour le moment, la seule source naturelle de cannabinoïdes connue.

Qu’est-ce que les récepteurs cannabinoïdes ? 

Les récepteurs cannabinoïdes reçoivent des signaux chimiques de l’extérieur d’une cellule. Ainsi, lorsqu’un signal chimique se lie à un récepteur, il entraîne une certaine forme de réponse cellulaire. Les récepteurs cannabinoïdes répondent à 3 types de liants: les endocannabinoïdes produits par les corps mamillaires (il s’agit d’une partie du cerveau situé près de l’hypothalamus), les phytocannabinoïdes produits par les plantes, et les cannabinoïdes synthétiques.

Les deux récepteurs principaux du système sont les récepteurs CB1 et CB2. Cependant, les scientifiques soupçonnent l’existence d’un troisième récepteur mais celui-ci n’a pas encore été isolé. Les récepteurs CB1 sont principalement présents dans le cerveau et le système nerveux, alors que les récepteurs CB2 se trouvent un peu partout dans le corps, dans le système immunitaire et dans les membranes des cellules immunitaire. La façon dont ces récepteurs se lient et interagissent avec les différents cannabinoïdes présents dans le cannabis provoque les effets profonds que nous ressentons lorsque nous en consommons. C’est également pour cela que certains cannabinoïdes peuvent avoir des effets considérables sur la santé et sont parfois utilisés dans la médecine.

Qu’est-ce que les endocannabinoïdes ? 

Les endocannabinoïdes désignent des molécules produites par le corps et qui se lient aux récepteurs endocannabinoïdes. Pour le moment, la science distingue principalement deux grands types d’endocannabinoïdes:

  •  Le neurotransmetteur anandamide qui est également appelé l’hormone du bonheur car il est connu pour être à l’origine de la joie et de la bonne humeur.
  • Le 2 arachidonylglycerol (2 AG)

C’est 2 endocannabinoïdes se lient aux récepteurs CB1 et CB2.

Endocannabinoide

D’où viennent les endocannabinoïdes ?

Les endocannabinoïdes se trouvent principalement dans la nourriture. On en trouve entre autre dans le lait maternel, dans les oméga 3 et dans les acides gras des aliments.

Le THC est un phytocannabinoïde. Il a les mêmes propriétés que l’anandamide, et se fixe directement sur les récepteurs CB1 et CB2 pour imiter les effets des endocannabinoïdes.

Le cannabidiol (CBD), quant à lui, ne se fixe pas sur les récepteurs endocannabinoïdes, mais agit sur l’enzyme FAAH. Le CBD s’oppose notamment à l’action du THC sur le récepteur CB1, contrant ainsi les effets psychoactifs de la molécule.

Quand des cannabinoïdes sont introduits dans notre corps et interagissent avec notre système endocannabinoïde, nous ressentons les effets physiologiques et psychoactifs du cannabis. Le schéma est simple : le corps crée des endocannabinoïdes pour réguler et moduler son propre système alors quand nous introduisons des cannabinoïdes venus du cannabis, nous surchauffons le système, en augmentant la quantité de cannabinoïdes présents et c’est pour cela que nous ressentons les différents effets.

Quel est le rôle du système endocannabinoïde ? 

Le système endocannabinoïde serait à l’origine de l’homéostasie:le processus de régulation qui permet de conserver le fonctionnement normal de l’organisme. Ce mécanisme influe sur les fonctions essentielles du corps humain : la faim, la digestion, la douleur, l’énergie, le sommeil, l’appétit, les fonctions motrices, les fonctions reproductrices, le plaisir, la régulation de la température corporelle… Pour résumer, ces endocannabinoïdes sont l’explication de la bonne entente entre le corps et l’esprit.

Cependant, chez certaines personnes, le système endocannabinoïde peut être défaillant. La rupture du système endocannabinoïde est appelé « carence endocannabinoïde clinique ».  Lorsque le système endocannabinoïde ne régule plus votre corps, les fonctions citées précédemment peuvent être affectées. C’est ainsi que les individus se retrouvent avec des problèmes d’anxiété, d’insomnie ou encore de fatigue.

L’utilisation de cannabis médical peut alors venir pallier certains déficits en endocannabinoïdes et traiter certains dérèglements du système endogène cannabinoïde et ainsi aider dans le traitement de certaines maladies. Lorsque le THC se fixe sur les récepteurs CB1 et CB2, il module l’action des récepteurs cannabinoïdes et rééquilibre leur fonctionnement. Par exemple, en activant massivement les récepteurs CB2 contenu dans les articulations, le cannabis permet de calmer l’inflammation en cas d’arthrite. Il contrôle en l’occurrence le déclenchement de l’information « douleur dans l’articulation ».

Les propriétés médicales du cannabis sont donc le résultat de l’action du cannabis sur le système endocannabinoïde. Ce dernier nécessite encore de nombreuses recherches pour être totalement compris mais certains médicaments contenant des cannabininoïdes tels que le THC et le CBD existent déjà.

Vous pouvez nous retrouver dans notre magasin au Musée du Fumeur au 7 rue Pache 75011 Paris.

Notre page FB: Le Musée du Fumeur

Notre page IG: musee_du_fumeur

Pour plus d’informations, cliquez iciiciiciici.

LE CBD: UN COMPLÉMENT POUR LES ATHLÈTES ?

Nous avons déjà étudié de nombreux aspects du CBD, comme son usage dans le traitement de certaines maladies ou symptômes. Cependant, ce ne sont pas seulement les personnes souffrantes qui consomment du CBD mais également les athlètes. Dans quel but utilisent-ils le CBD? Est-ce autorisé au contrôle anti-dopage ?

Les athlètes utilisent le CBD de bien des façons: sous forme d’huile avant les exercices, il aide les athlètes à améliorer leurs performances. Après les exercices, le CBD peut également aider à une meilleure récupération. Petit à petit, le CBD se présente comme étant le nouveau complément médical à posséder.

Si vous pratiquez un sport vous devez sûrement en connaître les conséquences. Vos muscles travaillent, vous avez des courbatures et cela peut également affecter votre système immunitaire. Même si vous ne préparez pas de compétitions et que vous voulez juste entretenir votre corps, cela amène certaines douleurs qu’il faut supporter.

Pour les athlètes professionnels, c’est encore différent. Leur quotidien consiste à repousser leur limites et améliorer leur performances athlétiques chaque jour. Si vous pratiquez un sport qui nécessite beaucoup de contact physique, la situation est encore plus prononcée. En effet, prenons par exemple les joueurs de football américain: les joueurs professionnels de la NFL (ligue nationale de football américain) doivent vivre avec la douleur chaque jour.

La façon dont les sportifs gèrent cette situation est parfois dangereuse. En effet, la consommation de tout types de drogues est un problème récurrent dans cet environnement. Autant les stéroïdes que les opioïdes sont interdit lors de compétitions alors qu’aux Etats-Unis, c’est le premier type d’anti-douleur prescrit pour les douleurs intenses. Le cannabis fait également partie de tous les dépistages anti-drogues. Les athlètes de la plupart des sports se confrontent à ces réglementations contre l’usage de cannabis. Mais dans certains endroits, ces lois sont de plus en plus contestées. En effet, la NFL américaine est très engagée dans la lutte de cette réglementation. De plus, des signes avant-coureurs d’un réel changement à venir sont en plein développement.

Quel est le danger des drogues ? 

Les dangers des stéroïdes et opioïdes sont tout simplement la dépendance et l’overdose. Les athlètes sous pression voulant récupérer de plus en plus vite, ils augmentent les doses à chaque prise jusqu’à ce que la dose soit fatale. C’est pour cela que les joueurs de football essayent tant bien que mal de faire en sorte que le cannabis fasse partie de la liste des drogues autorisées. La demande concerne autant le THC et le CBD.

De nombreuses organisations sportives ont déjà remarqué les effets du cannabis sur les performances sportives mais sa consommation est encore interdite et les sportifs subissent toujours des tests contre cette drogue. Cependant la consommation de cannabis chez les athlètes va au-delà du THC. En effet, même les sportifs qui auraient utilisé du CBD en traitement local pour soulager une entorse musculaire pourraient être disqualifiés pour « usage de drogues ». Dans la NFL, cette restriction est devenu un réel problème autant pour les joueurs que pour les détenteurs des équipes. Il reste encore 3 ans avant les renégociations des termes contractuels de la ligue et on s’attend à ce que la réglementation du cannabis soit remise en question.

Cette décision pourrait déclencher une remise en question du sujet également au sein des autres organisations sportives qui supervisent les sports réglementés. Cela impliquerait tous les sports, allant du football aux événements cyclistes. Cela sous entend quelque chose de révolutionnaire puisque le cannabis dosé en CBD est sur le point d’être adapté dans un autre domaine que la médecine.

maxresdefault

Pour le CBD est bénéfique pour les sportifs ?

Il existe de nombreuses raisons:

Tout d’abord en utilisant du cannabis, on agit sur le bien-être plutôt que la santé. En effet, lorsqu’on s’entraîne notre corps produit naturellement un certain nombre de produits chimiques appelés les endorphines. Mais notre corps produit également l’anandamide. Il s’agit d’un neurotransmetteur également appelé « la molécule du bonheur ». L’anandamide est un cannabinoïde qui est produit par le corps mais on le trouve également dans la plante de cannabis. Ainsi, lorsque l’anadamide se lie avec les récepteurs cannabinoïdes, cela crée un effet calmant sur les individus. Ainsi, le CBD semble être la solution idéale pour les personnes qui ont besoin de repousser leur limites tels que les sportifs.

Le CBD interagit avec les récepteurs TRPV-1. C’est un récepteur qui contrôle les perceptions de douleur, les inflammations, et la température du corps. Il active également le récepteur adénosine qui joue un rôle important dans la circulation sanguine et la fonction cardiovasculaire.

Beaucoup d’athlètes affirment que le CBD les aident à se surpasser durant leur entraînements. Après l’entraînement, utilisé en traitement local, le CBD aide également à une meilleure récupération ainsi qu’à limiter les douleurs.

Le CBD semble ne pas fonctionner de la même manière que le THC mais il apporte tout de même certains bienfaits. Comme les autres cannabinoïdes, le CBD semble être capable d’aider le corps à récupérer. Le CBD permettrait également d’avoir une meilleure homéostasie, c’est-à-dire la capacité pour un système à conserver son milieu intérieur en équilibre.

Vous pouvez nous retrouver dans notre magasin au Musée du Fumeur au 7 rue Pache 75011 Paris.

Notre page FB: Le Musée du Fumeur

Notre page IG: musee_du_fumeur

Pour plus d’informations, cliquez iciiciiciici.

POURQUOI LE CANNABIS SYNTHÉTIQUE EST-IL DANGEREUX ?

Tout d’abord, qu’est-ce que le cannabis synthétique ? Couramment appelé « Spice », « flakka » ou « K2 », le cannabis synthétique est une drogue extrêmement dangereuse. Populaire depuis une dizaine d’années chez les jeunes et techniquement « légales » car elles contournent la législation, ces drogues imitent les effets du cannabis et sont extrêmement addictives. Cette drogue ressemble à du cannabis mais il s’agit en fait d’un mélange de plantes imprégnées de molécules de synthèse qui agissent sur les mêmes récepteurs cannabinoïdes que pour le THC dans le cerveau. Cependant, le cannabis de synthèse est près de 100 fois plus concentré que le cannabis naturel et il ne contient pas de cannabidiol qui est la molécule qui a des propriétés antipsychotiques.

La composition de cette drogue reste jusqu’à aujourd’hui inconnue. En effet, pour contourner les lois, dès qu’une variété est déclarée illégale, les producteurs altèrent légèrement la composition chimique, ce qui crée techniquement une substance différente et donc à nouveau légale. Ainsi, cette drogue est extrêmement dangereuse car même si elle produit des effets semblables à ceux du cannabis naturel, on ne connaît pas sa composition exacte. Le cannabis synthétique a déjà provoqué de nombreux comas et décès liés à des dégâts sur le cerveau et les reins.

Il est assez simple de trouver cette drogue sur internet, dans la rue ou dans des soirées et elle séduit de plus en plus de consommateurs car elle est extrêmement efficace, peu coûteuse et elle n’est pas détectable en cas de contrôle puisqu’elle ne contient pas de THC.

Le cannabis synthétique est produit en laboratoire mais vous pouvez tout à fait le créer par vous-même à la maison. En effet, si vous vous y connaissez un minimum en chimie vous pouvez confectionner votre propre cannabis de synthèse en vous procurant ces molécules sous forme de poudre sur internet. Depuis 2014, des e-liquides aux cannabis synthétiques ont également fait leur apparition. La réglementation peine à suivre ces produits dont les fabricants, essentiellement chinois, peuvent modifier à l’infini le dosage, la variété, et l’appellation. Parmi les 130 cannabis de synthèse dénombrés en Europe, 34 ont été répertoriés et classés comme stupéfiants sur le sol français.

Le cannabis synthétique ne contient pas de THC mais des substances beaucoup plus dangereuses qui peuvent causer des hallucinations, paranoïa, agitation, comportements agressifs, troubles de la parole, détresse respiratoire, infarctus du myocarde et même décès. Les effets de cette drogue sont tellement puissants que les autorités américaines parlent d’une « épidémie de zombies ». Le phénomène est de plus en plus inquiétant puisque la consommation de flakka, notamment aux Etats-Unis augmente depuis cinq ans et amène des conséquences désastreuses surtout chez les jeunes individus.

137616-cannabinoides-synthetiques-entrent-composition-spice

D’où vient le cannabis synthétique ?

A l’origine, le spice était simplement une expérimentation de simulation des cannabinoïdes financée par le gouvernement qui a débuté dans les années 1980. En 1993, les choses se sont compliquées. Un chercheur universitaire et gouvernemental de l’Université Clemson nommé John Huffman a publié la formule d’un composé qu’il a appelé JWH-018. Cette recette chimique ainsi que bien d’autres ont été publiées dans son livre appelé « The Cannabinoid Receptors ».

Huffman ne faisait rien d’illégal et n’avait apparemment aucune intention de voir ses inventions vraiment fabriquées. Même si ce n’était pas son but premier, Huffman avait crée malgré lui crée un vrai chef-d’oeuvre. En effet, son livre contenait non seulement les recettes pour ces composés, mais en plus il simplifiait le processus de fabrication de drogues très puissantes pouvant cibler directement les récepteurs cannabinoïdes.

Cependant on ne peut faire porter la responsabilité du K2 à un professeur de sciences fou même s’il est évident que l’épidémie de Spice semble s’être basée sur des applications illicites des travaux de Huffman. En effet, les procédés de Huffman raccourcissait la production de drogues de plusieurs semaines. Ainsi, des laboratoires clandestins se sont créés dans le monde entier laissant place à un énorme profit pour ces chimistes illégaux.

Vous pouvez nous retrouver dans notre magasin au Musée du Fumeur au 7 rue Pache 75011 Paris.

Notre page FB: Le Musée du Fumeur

Notre page IG: musee_du_fumeur

Pour plus d’informations, cliquez iciiciiciiciici.

CBD TOUS NOS PRODUITS – ACHETER DU CBD À PARIS EST POSSIBLE

Le CBD est disponible dans notre boutique de Paris sous différentes formes.

Bien entendu nous proposons différentes marques de e-liquide au CBD avec différents dosage ( de 50 à 1000mg/10ml) : Meet Harmony, Hemplucid, Vap Fusion…

Bien conscient que tout le monde n’a pas envie de vapoter nous vous proposons donc aussi toute une gamme de produits à base de CBD dont:

Du miel au CBD

Des sucettes au CBD

Des suppositoires au CBD

De la crème / baume avec CBD

De l’huile alimentaire avec CBD ( de 3.8 à 10% soit 1000mg). A mettre sous la langue ou dans vos aliments.

Des crystaux de CBD

Du concentré de CBD.

Des chewing gum au CBD.

sucettes-cbd-200mg
miel-acacia-cbd-200mg
huile-de-chanvre-premium-1000mg
CBDCure_Balm-Xtreme-Closed_1024x1024
2613-thickbox_default

Royal Queen Seeds – Huile de CBD – Cibdol

Royale Queen Seeds la marque de graine espagnole (nous ne vendons pas de graine en magasin) nous présente sa gamme d’huile alimentaire au CBD.

Gage de qualité cette huile est fabriquée en Suisse par une marque très réputée, Cibdol.

Vous trouverez ci-dessous une vidéo de présentation de Cibdol.

Cette huile bio peut être consommée directement sur la langue ou sur tout support alimentaire. Très facile à consommer.

La gamme d’huile au CBD  de Royal Queen Seeds est disponible dans notre magasin de Paris en bouteille de 10, 30 et 50ml et dans 3 taux de concentration différents, 2.8%, 4% et 10% de CBD.

Pour toute question à propos de l’huile de CBD Royal Queen Seeds fabriquée par Cibdol appelez nous au 01.43.71.985.51.

NB:

Nous vous rappelons que le CBD est un complément alimentaire.

ACHETER DE L’OG… KRUNCH À PARIS ? CHOCOLAT MADE IN FRANCE.

La marque OG Krunch, jeune marque française de chocolat fait son entrée dans notre magasin à Paris.
Disponible en sachet de 100g, OG Krunch ce sont des chocolats à l’allure très spéciale et aux saveurs appréciés des plus délicats gourmands.

OG Krunch Critical Seeds

Og Krunch Purple pot

OG Krunch Peanut Haze

OG Krunch Coco Bud

Og Krunch Classic.

critical-seed.jpg

Retrouvez toutes les saveurs OG Krunch dans notre shop de Paris.

Une question à propos de la disponibilité en magasin ou pour autre chose ? Appelez nous au 01.43.71.95.51

LE CBD – 4 erreurs très communes


Avec le rush sur le CBD de ces derniers mois partout dans l’hexagone, il en fallait peu pour que les médias s’emparent de ce sujet.
http://www.20minutes.fr/sante/2177743-20171128-joint-electronique-vapoter-cbd-molecule-derivee-cannabis-peut-rendre-accro

Ce n’est que le début et on peut s’attendre à de nombreux articles sur le CBD et sur une future petite polémiqué médiatique.
Quel cela soit dans le monde de la vape ou de la santé, tout le monde est concerné et le circus à commencé.
https://www.lci.fr/sante/cigarette-electronique-au-cannabis-legal-selon-le-ministere-de-la-sante-elle-divise-les-autorites-sanitaires-ansm-2072008.html
Citation du Professeur Dautzenberg du 30/11/2017 dans cet interview pour LCI
« Le CBD présente moins d’addiction que le THC » et qu’il est « mal connu » qui montre effectivement à quel point le Professeur Dautzenberg connaît mal son sujet, d’ailleurs il y a quelques mois il rejetait dans son ensemble le cannabis et ne lui reconnaissait aucun effet médical.

Le parisien hier, nous sortait un reportage qui nous fera bien rire dans quelques années, et nous apprend que l’ANSM s’est prononcé contre le CBD en vente libre.
http://www.leparisien.fr/societe/vapoter-du-cannabis-des-fumeurs-de-joints-ont-teste-28-11-2017-7419273.php
Quelle surprise de la part d’une agence qui travaille exclusivement pour les labos pharmaceutiques.

De son coté l’Agence de la Santé émet une position plutôt positive quand au CBD.
Le LFEL lui aussi adopte une position assez positive bien que prudente.
https://fr.vapingpost.com/e-liquide-cbd/
https://www.opnminded.com/2017/11/22/cbd-futur-monde-cannabis.html

Au milieu de tout cela les fabricants et notamment les liquidiers s’en donnent à cœur joie et c’est pas moins de 5 marques françaises de E-liquide avec CBD qui sont dors et déjà disponible en France. Sans compter tous les imports.

Ce qui est dommage à travers ces quelques papiers ce sont les nombreuses erreurs et fausses informations qui sont véhiculées autour du CBD.
C’est dans cette optique que nous avons traduit rapidement l’article en anglais ci-dessous.
https://cannabisnow.com/5-misconceptions-cbd/
En suivant ce lient et cherchant dans l’article vous y trouverez toutes les sources des études scientifiques à l’appui de ces affirmations.

1ère fausse info:
Le CBD n’est pas psychoactif.
Faux.
Au vu de ces nombreux bénéfices sur l’anxiété, la schyzophrénie, l’addiction et possiblement la dépression, on ne peut pas dire qu’il n’est pas psychoactif, il est cependant non intoxicant (au contraire du THC) et ne présente aucune des caractéristiques propre à l’abus de drogue comme l’apparition d’une tolérance ou d’un manque.

2ème fausse info:
Le CBD est sédatif.
Faux.
Au contraire des doses petites et moyennes auraient plûtot l’effet inverse. Des études montre que même avec des doses uniques de 600mg aucun effet sédatif n’est noté. Pourant certaines études montrent aussi que le CBD aide bien contre l’insomnie. Seulement il semble faire cela d’une autre manière qu’avec une effet sédatif, plutot via une réponse à un signal de stress via la système endocannabinoïde.
Cette erreur est certainement dûe au fait que plusieurs des études ont été menées sur des produits contenant du CBD et du THC et aussi car certains produits contenant du CBD contiennent un terpéne appelé myrcene, qui lui est sédatif.

3ème fausse info:
Le CBD fonctionne en bloquant des récepteurs.
Faux.

4ème fausse info:
le CBD se transforme en THC dans le corps.
FAUX.
Pour l’instant aucun indices scientifiques ne tend dans ce sens.

————————————-

L’article en anglais ci-dessous avec les liens vers les sources.

While once ignored and widely unknown, cannabidiol or CBD continues to gain traction for its wide range of therapeutic applications. However, as its significance continues to grow, so do the misconceptions around the potential effects and uses of the cannabinoid. Within a report published earlier this year in the scientific journal Cell Press, Dr. Ethan Russo — a board-certified neurologist, psychopharmacology researcher and former senior Medical Advisor to GW Pharmaceuticals — seeks to dispel various misunderstandings that have arisen around the CBD trend. In the report Russo highlights five misconceptions about CBD which are outlined below.

Misconception: CBD is Non-Psychoactive

While many articles and websites will point to CBD as “non-psychoactive” in comparison to THC (the primary psychoactive cannabinoid present in cannabis), Russo points out that this is not an accurate representation.

“CBD is frequently mischaracterized as ‘non-psychoactive’ or ‘non-pychotropic’ in comparison to tetrahydrocannabinol (THC), but these terms are inaccurate, given its prominent pharmacological benefits on anxiety, schizophrenia, addiction, and possibly even depression,” Russo writes. “More accurately, CBD should be preferably labeled as ‘non-intoxicating,’ and lacking associated reinforcement, craving, compulsive use, ect. that would indicate a significant drug abuse liability.”

Misconception: CBD is Sedating

Early scientific reports about CBD indicated that the cannabinoid might be an effective treatment for insomnia, however Russo notes that, in small doses, the exact opposite might actually be true.

“Low to moderate doses are distinctly alerting, as proven in [CBD’s] ability to counteract sedative effects of THC, delay sleep time as documented via electroencephalography and reduce THC-associated ‘hangover,’” Russo writes.

The researcher points to several studies, in which patients using CBD, even those who were given up to 600 mg of CBD orally, did not experience sedative effects. In contrast, Epidiolex (a cannabis extract that contains THC and CBD which is expected to be eminently approved for pharmaceutical use in the U.S.) that was employed to treat epilepsy in very high doses of 25 mg or more a day, has produced sedative effects. Russo notes that this is especially true when Epidiolex is co-administered with the drug clobazam.

Interestingly, Russo points out that the misconception that CBD is sedative is because many products containing the cannabinoid actually have high concentrations of the terpene myrcene. This terpene, which is also found in things like mangos, lemongrass and hops, is known for causing the ‘couch-lock’ effects in cannabis.

Misconception: CBD Works By Blocking Receptors

Even though some researchers have thought that CBD might be a CB1 Antagonist (which means it binds to cannabinoid receptors and prevents their activation) Russo points out that this is not the case. One known CB1 agonist, rimonabant was removed from the Eurpean market due to “numerous serious associated adverse events” that included anxiety, suicidal ideation and nausea. Unlike this drug, Russo writes that CBD, particularly in the presence of THC, “produces none of the rimonabant-type adverse effects.”

Misconception: CBD is Legal in All 50 States

This is a big one, because the first thing many hemp-based CBD companies tell consumers is that their product is legal in all the states in the U.S. Russo notes that while CBD is an unscheduled drug in most nations, “this is not the case in the USA, where, pharmacology notwithstanding, CBD has been a forbidden Schedule I agent with its own Drug Enforcement Administration (DEA) number and designation as a THC analog.”

Russo goes on to note that although the possession of hemp stalks and other certain plant parts “are not expressly forbidden” by the Controlled Substances Act of 1970, “chemical extraction of those parts clearly is.” In addition, Russo points out that when Epidiolex becomes an approved drug in the U.S. as expected, its status “will not extend to CBD from other sources, which must remain in Schedule I until meeting similar standards of efficacy, safety, and consistency.”

“Only reclassification of CBD by the Food and Drug Administration and DEA, or an act of Congress, would alter this scheduling discrepancy and continuing anomaly,” Russo writes.

Misconception: CBD Turns Into THC in the Body

Russo notes that the misconception that CBD turns to CBD within the body is one that has gained traction in online forums and even found credibility via a scientific report which points out the conversion may occur “after prolonged exposure to ‘simulated’ gastric acid.” Despite this, Russo states that there is no evidence CBD converts to THC within the body.”